Actus Alpes-de-Haute-Provence

La faune sauvage dans nos Alpes-de-Haute-Provence

loup forêt faune sauve alpes-de-haute-provence

Quand on se balade, qu’on fait de la marche ou qu’on court en pleine nature, on se demande parfois quel animal nous pouvons croiser ! Voici quelques-unes des espèces qui ont été aperçues sur le bassin manosquin (source : Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation PACA) et quelques infos pour enrichir ses connaissances !

L’aigle royal

aigle royal faune sauvage alpes de haute provence

Même s’il est plutôt rare, il a bien été aperçu récemment en Provence. Son envergure va de 1,88 à 2,27 m, assez impressionnant quoi ! Son statut de conservation en France (UICN) est considéré comme “vulnérable” (VU).

indice vulnérabilité aigle royale faune sauvage alpes de haute provence

Il est exclusivement montagnard en France et va se reproduire dans les falaises ou les arbres. La hauteur du site varie entre 200m et plusieurs centaines de mètres.
Il se nourrit principalement de mammifères de taille moyenne. On estime sa population entre 390 et 450 couples.

La chouette hulotte

chouette hulotte faune sauvage alpes de haute provence

Son hululement caractéristique est connu de tous et pourtant, on la voit rarement également.

Elle affectionne les arbres creux et elle peut même parfois s’approprier un ancien nid de Corvidés ou d’écureuil. 

Grâce à son plumage moucheté, elle se camoufle et en devient presque invisible ! Alors observez bien les arbres si vous avez envie de l’apercevoir !

Le chevreuil européen

chevreuil européen faune sauvage alpes de haute provence

Le chevreuil est le plus petit représentant des cervidés européens.

Le chevreuil a un profil de sauteur : il a les pattes arrières longues et puissantes et les pattes avant courtes. Il est capable de faire des sauts de 2 mètres de hauteur et de 6 mètres de longueur.

Un indice de sa présence peut être ses empreintes de sabots : de forme allongé et étroite. On peut également remarquer leur excréments en se promenant : de forme allongée.

Le sanglier

sanglier faune sauvage alpes de haute provence

Le sanglier est un omnivore très opportuniste qui a la faculté de s’adapter à une très vaste diversité de sources alimentaires selon leurs disponibilités aux fils des saisons.

La majeure partie de son régime alimentaire, en général pour plus de 95% à 97%, est constitué de matière végétale. Pour le reste, il s’agira d’insectes.

Le sanglier est la bête noire des automobilistes mais aussi des agriculteurs ! En effets, les sangliers sont responsables de nombreux dégâts dans les cultures. De ce fait, la loi impose aux chasseurs d’indemniser les agriculteurs pour les dégâts commis aux cultures par le grand gibier.

Le lapin de Garenne

lapin de garenne faune sauvage alpes de haute provence

L’espèce est organisée en groupes sociaux. Au sein de chaque groupe, les mâles et femelles dominants assurent la majorité de la reproduction. Un groupe social est composé en moyenne de 5-7 individus (2 à 10 généralement) vivant dans une ou plusieurs garennes.

Le lapin a une activité essentiellement crépusculaire et nocturne. C’est à ce moment qu’il s’alimente et qu’il exerce ses activités sociales basées sur le contact avec ses congénères. Alors attention sur les routes la nuit !

Il peut avoir le statut de gibier car lui aussi fait des dégâts dans les cultures !

Loup y-es-tu ?

loup forêt faune sauve alpes-de-haute-provence

Et le loup gris ? Peut-on le croiser dans notre région ? La réponse est oui !

Même s’il est rarement aperçu, le loup gris a été responsable de près de 300 attaques de troupeaux de brebis et agneaux en 2018 dans notre département, la dernière en novembre sur la commune des Mées (article La Provence).

L’ONCFS a publié une cartographie de la présence du loup gris en France et sa présence dans les Alpes-de Haute-Provence s’élève à 12 meutes ressencées en 2018, une meute étant constitué de 2 à 15 loups.

La meute est très souvent constituée d’un couple dominant ayant le rôle de chef de groupe.

On appelle le mâle, le Loup Alpha et femelle Alpha. C’est le couple dominant qui prend toutes les décisions pour la survie de la meute, déplacements, chasse marquage du territoire. C’est aussi le seul couple de la meute à pouvoir se reproduire.

Et vous, quels espèces verrez vous en marche nordique ou en randonnée avec EsportNature ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *